Rumeurs sur le paiement prochain des services de Facebook : quelques explications…

0

Rassurez-vous, cet article n’a rien à voir avec les faux messages qui reviennent sans cesse et qu’il faut publier sur son mur pour échapper à un éventuel paiement des services Facebook. Depuis un bout de temps, le géant américain serait en train d’envisager l’introduction d’un certains nombres de services payants sur son interface. Ce qui est sûr, c’est que les rumeurs sont fondées et actuellement il y a effectivement quelques projets qui pourront aboutir sur des services payants dans les années à venir. Voici quelques explications…

Une situation un peu particulière en France

Depuis le lancement de Facebook en France en 2008, il y a eu quelques démêlés entre l’entreprise américaine et le fisc français qui lui a reproché de réduire ses impôts de 99% en dissimulant une grande partie de ses profits aux îles Caïman. Toujours selon le fisc français, le numéro 1 mondial des réseaux sociaux qui déclare détenir un chiffre d’affaires en France de 12,9 millions d’euros réaliserait en réalité un CA de quelque 266 millions d’euros. Face à ces accusations, Facebook se dit « de bonne foi » et souhaiterait rentrer dans les rangs, mais le coût sera également ressenti par les internautes de l’Hexagone. Des formules d’abonnement payant seraient déjà prêtes (Premium, Découverte, Challenger, etc.) mais pour l’heure, aucune action concrète n’a été entreprise… peut être juste des positionnements de négociation.

Un nouveau projet d’abonnement en partenariat avec les journaux et les éditeurs en ligne

Dans un registre différent, le réseau social à la bannière bleue envisage la création imminente d’un service d’abonnement qui va permettre aux journaux et aux éditeurs numériques de vendre leurs articles aux lecteurs via Facebook. Ça sera donc une façon pour la boîte de Marck Zuckenberg de multiplier les sources de revenu. Pour le moment, les détails sur les modalités du paiement ne sont pas encore définis mais le projet suit son petit bonhomme de chemin. En somme, il existe des projets en germination, mais jusqu’à preuve du contraire, Facebook reste gratuit !

Partager.

A propos de l'auteur

Ecrire une réponse